Pour nourrir une réflexion, enrichir un travail, explorer,
voici nos sélections thématiques.

— THEMATIQUE 1 : Approches thérapeutiques pour accompagner les personnes âgées.
Cette thématique est disponible sous l’onglet Thématique 1.

— THEMATIQUE 2 : Empowerment – Pouvoir d’agir – Autodétermination
Cette thématique est disponible sous l’onglet Thématique 2.

 

— THEMATIQUE 3

Où « IL NE S’AGIRA PAS DE FABRIQUER DE L’INTERGÉNÉRATION, MAIS DE CRÉER DES SITUATIONS PERMETTANT DES INTERACTIONS ENTRE GÉNÉRATIONS SUSCEPTIBLES DE SAPER LES STÉRÉOTYPES… » (Jean-Jacques Amyot)

Les documents récents et les incontournables

A la recherche de liens entre les générations Amyot Jean-Jacques, Presses de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), 2016. – 105 p.
Sociologue spécialisé dans les thématiques liées aux personnes âgées, Jean-Jacques Amyot nous livre ici une analyse pertinente sur les conditions de possibilité des liens intergénérationnels. Les politiques publiques nous encouragent à les renforcer, voire à les recréer, ces liens entre les générations seraient donc actuellement en voie de disparition. Dans cette enquête sociologique, Jean-Jacques Amyot décortique ces relations intergénérationnelles à la base de notre « vivre ensemble ». Prendre conscience des stéréotypes que nous véhiculons sur les générations permettrait d’entretenir ces liens en nous engageant dans une authentique relation à l’autre. Une réflexion salutaire pour une meilleure qualité de vie. (note de l’éditeur)

La guerre des générations aura-t-elle lieu ? Guérin Serge, Tavoillot Pierre-Henri, Calmann-Lévy, 2017. – 237 p.
Vous avez aimé la lutte des classes, le clash des civilisations, le conflit des sexes ? Vous allez adorer la guerre des générations ! Enfants contre parents, jeunes pauvres contre vieux riches, actifs contre inactifs, digital natives contre zombies du livre, modernes contre ringards… voilà la guerre qu’on nous annonce pour les temps à venir.
Sauf que celle-ci n’aura pas lieu !
Tout montre au contraire que le lien intergénérationnel se renforce.
Nous croyons vivre la guerre des générations, alors que nous avons la paix des âges.
Fondé sur de nombreuses enquêtes et sur l’étude d’initiatives concrètes, ce livre propose un autre regard ? enfin positif ! ? sur l’intergénérationnel d’aujourd’hui.
Avec des pistes d’actions réelles pour inventer enfin une vraie politique de tous les âges et pour toutes les générations. (4è couv.)

n° 5 – décembre 2017 – Intergénération et vivre ensemble, Réseau Francophone Villes Amies des Aînés, (RFVAA), 66 p.
Les liens intergénérationnels sont-ils naturels ? Comment peuvent-ils être soutenus et organisés très concrètement sur le terrain, à la fois par les collectivités territoriales mais aussi par les nombreuses associations qui œuvrent dans ce domaine ? Quels sont les médias privilégiés et les conditions de réussite d’une action intergénérationnelle ? Comment aider les différentes générations à bien vivre leur âge, et ce dans des relations de réciprocité ? L’hypothèse d’un conflit entre les générations est-elle crédible ? Quelle est la place de la transmission et de l’héritage dans les liens intergénérationnels ? Quelle est le rôle des grands-parents aujourd’hui en France ?

Vivre ensemble, jeunes et vieux : Un défi à relever / Bergeret-Amselek Catherine, Erès, 2015. – 365 p. – (L’âge et la vie) .
Au moment où une espérance de vie inédite dans l’histoire de l’humanité annonce plus de retraités que d’actifs, où les familles de cinq générations ne sont pas rares, apprendre à vivre ensemble, jeunes et vieux, constitue un vrai défi à relever. En premier lieu, nous devons porter un autre regard sur l’avancée en âge, pour faire tomber aussi bien le racisme anti-jeune que le racisme anti-vieux, pour lutter contre l’isolement à tous les âges, et prendre soin des plus vulnérables : les bébés, les enfants, les personnes âgées, y compris celles qui sont touchées par des maladies neurodégénératives ou par un handicap.
Regarder chaque personne comme un sujet en devenir tout au long de sa vie suppose de faire tomber les murs qui séparent les disciplines, de favoriser le travail en réseau, la coordination des différents services, des professionnels et des familles. C’est le pari de cet ouvrage qui rassemble des auteurs venant de divers horizons pour réfléchir à la dimension éthique, politique et psychologique d’un vivre ensemble, jeunes et vieux, dans une société en pleine révolution de l’âge. (4è couv.)

Les rapports intergénérationnels dans la migration : De la transmission au changement social / Vatz Laaroussi Michèle, – Presses de l’Université du Québec, 2015. – 262 p. – (Problèmes sociaux et interventions sociales).
Parler de rapports intergénérationnels dans les familles migrantes, c’est aller au-delà de l’opposition de deux mondes, l’un conçu comme traditionnel, celui des grands-parents et des parents, l’autre moderne, porté par les jeunes et les enfants. C’est aussi dépasser les frontières de la famille pour situer ces rapports au sein de réseaux transnationaux reliant pays d’origine, d’accueil et de transit dans une temporalité multiple. Plus qu’un processus d’héritage, la transmission intergénérationnelle est un monde de l’entre-deux fait de ce qui s’échange, circule, se construit entre les générations des familles immigrantes, dans et par l’exil, mais aussi dans et par la socialisation à un nouveau monde.
Cet ouvrage repose sur trois recherches menées au Québec entre 2009 et 2013 auprès de plusieurs générations d’immigrantes et d’immigrants de différentes origines. Les particularités de chaque génération, les aînés, les parents, les jeunes et les enfants, tout comme les processus de transmission, de rupture, de différenciation ou de reconstruction sont abordés. Les articulations et les interactions au cœur des liens intergénérationnels sont ensuite analysées selon des thématiques telles que le rapport aux médias et l’implication sociale. L’ensemble de la réflexion est mené selon des points de vue multiples comme les rapports entre les hommes et les femmes, les souvenirs et la mémoire, l’autonomie et la dépendance, les conflits et le dialogue ou encore les réseaux et les communautés. Enfin, des pratiques d’accompagnement des relations intergénérationnelles dans la migration sont présentées. (4è couv.)

64 – décembre 2012 – Les relations intergénérationnelles en dehors de la famille. – 2013. – 239 p. un bulletin de Retraite et société
La transition démographique et la révolution épidémiologique ont contribué, depuis des décennies, à transformer profondément les structures par âge des populations occidentales et, par conséquent, les relations entre les générations qui n’ont jamais été aussi nombreuses et différentes les unes des autres. Cette diversité générationnelle a créé des problèmes nouveaux d’organisation auxquels sont confrontés tous les États, garants du maintien de la cohésion sociale. Les relations entre générations peuvent bien sûr être envisagées au sein de la famille, mais, en réalité, elles existent partout, dans tous les groupes et dans tous les milieux. Ce sont donc ces relations intergénérationnelles en dehors de la famille qui font l’objet de ce numéro de Retraite et société consacré à la présentation de plusieurs expériences ou observations internationales, en Belgique, au Portugal, au Canada et en France. (4è couv.)

Comment développer une action intergénérationnelle? / Dupont Cécile, Letesson Melina, De Boeck, 2010. – 230 p.; 24 cm. – (Guides pratiques Former et se former).
Comment travailler dans l’intergénération ? Y a-t-il des trucs et astuces à connaître ? Que faut-il éviter ? Que faut-il savoir ? Ce guide pratique vous propose plusieurs pistes pour développer votre action intergénérationnelle quels que soient votre secteur ou votre expérience en la matière.
Réalisé à partir des témoignages d’une vingtaine de professionnels de différents horizons et de l’expérience de 10 ans de l’asbl Atoutage, ce livre, composé de 5 parties, vous accompagnera à toutes les étapes de votre projet intergénérationnel.
Vous avez envie de monter un projet intergénérationnel, vous débutez… Comment vous y prendre ?
Vous travaillez déjà avec un public particulier… Comment le mettre en lien avec d’autres générations ?
Vous êtes convaincus qu’il faut travailler avec d’autres intervenants… Comment les inscrire dans votre projet ?
Un domaine d’action particulier vous intéresse… Y a-t-il des spécificités à connaître ?
Vous avez déjà mis en place un projet intergénérationnel ? Comment envisager l’avenir de votre projet ?

Où vivre ensemble? : étude de l’habitat à caractère intergénérationnel pour personnes âgées / Guffens, Caroline, Fondation Roi Baudouin, 2006. – 114 p.
Vivre ensemble, jeunes et moins jeunes, c’est le but des lieux de vie à caractère intergénérationnel, à l’heure où le domicile privatif n’apporte plus suffisamment de bien-être et de sécurité à certains de ses habitants, diverses expériences de projets intergénérationnels permettent aux personnes âgées de côtoyer de plus jeunes générations au sein de lieux de vie collectifs maisons de repos traditionnelles ou lieux de vie plus innovants, équilibrant lieux de vie privatifs et collectifs. Où ces diverses expériences ont-elles vu le jour ? De quelle manière ? Quelles sont-elles ? Pourquoi mettre sur pied de tels projets ? Comment y vit-on au quotidien ? Qu’apportent-elles aux personnes âgées qui y vivent ? Cette étude permet d’y répondre, en analysant six initiatives de ce type, où des relations humaines de qualité sont valorisées dans un environnement convivial. Rompre la solitude et l’isolement des personnes âgées, valoriser leur histoire de vie, leurs connaissances et savoir-faire, permettre aux personnes âgées de se sentir utiles, de donner de la tendresse et de l’affection aux plus jeunes, favoriser leur autonomie, ouvrir les institutions afin de favoriser leur connaissance et de rompre la ghettoïsation des personnes âgées, tels sont les apports s expériences de lieux de vie à caractère intergénérationnel qui voient le jour francophone. Au delà de l’apport personnel, l’intergénérationnel concrétise des valeurs sociétales : partage, solidarité et respect. Il est un processus d’inclusion sociale, un vecteur de lien social et de solidarité entre génération. ; il est un des maillons qui participent à la construction d’une société plus solidaire pour tous les âges, une société où il fera bon vieillir.(4ècouv.)

Des liens avec des fils d’argent : L’importance des relations avec les grands-parents, Casman Marie-Thérèse, Jamin Charlotte, Editions Labor, 2006, 162 p.
Le rôle des grands-parents s’est diversifié, leur image s’est également modifiée.S’il n’est pas question d’idéaliser l’image des grands-parents, il convient de mieux cerner les enjeux de leur présence et de leur place dans la société d’aujourd’hui. Ce document est construit à partir de données quantitatives concernant les familles et d’entretiens semi-directifs menés auprès de personnes décrivant leurs relations familiales.

L’intergénération : une démarche de proximité : Guide méthodologique, Malki Mohammed, La documentation française, 2005. – 157 p.

L’Arc de Vie ou l’interdépendance solidaire des âges de la vie : actes de la Rencontre-Conférence – LLN 22 mai 2003 : Réseau Générations solidaires, 2003. – 50 p.

L’intergénération, une culture pour rompre avec les inégalités sociales Vercauteren Richard; Predazzi, Loriaux Michel, Erès, 2001. – 220 p.
Valoriser une  » culture  » intergénérationnelle consiste à remonter aux sources de liens sociaux spontanés, souvent irrationnels, et toujours profondément ancrés dans une signification humaine. Une telle approche n’exclut cependant pas une méthodologie des pratiques, car la construction de notre société nécessite des repères qui soient lisibles à tous les âges de la vie.
Le présent ouvrage se penche sur cette méthodologie en proposant des exemples d’animations entre les générations au sein de plusieurs établissements en Europe

DVD

Accordez-moi une minute… : Suivi d’un atelier intergénérationnel, Latta Alice, Waerenburgh Anne, Mémoire vive, 2014. – 55′.
Au sein d’un atelier artistique dans une résidence du CPAS de Watermael-Boitsfort, se crée un groupe hétérogène composé d’adolescents avec handicap mental et de personnes âgées de la maison de repos.
Dans la pratique de l’art et à travers le défi d’une représentation théâtrale publique, chacun est amené à (re)découvrir et à dépasser ses limites. Au fur et à mesure des expériences communes des liens se nouent. Les difficultés des uns s’effacent devant la fragilité des autres.

ADA, Dilua Ravel 8′.
Le projet européen MIX@GES entend promouvoir le dialogue entre les générations tout au long de l’année européenne 2012 du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations.
Il invite des jeunes et des aînés (50+) venant de Belgique, d’Allemagne, d’Autriche, d’Ecosse et de Slovénie à produire des créations médiatiques innovantes lors d’ateliers intergénérationnels, avec l’aide et le soutien d’artistes et d’éducateurs plurimédias.
Durant l’été 2012, Entr’âges a mis sur pied, en collaboration avec la Plateforme pour le Service Citoyen, des ateliers vidéo intergénérationnels durant lesquels plusieurs courts-métrages ont été réalisés à l’aide d’un iPod. Ce document très touchant en est un exemple.

Une bibliographie autour de cette thématique est disponible ICI.

D’autres thématiques sont en préparation :

  • La maladie d’Alzheimer ou apparentée
  • Le monde des Femmes